HISPANIOLA


HISPANIOLA
HISPANIOLA

HISPANIOLA

Baptisée «la Española» lors de sa découverte par Christophe Colomb en 1492, cette île des Grandes Antilles devint, par déformation, Hispaniola, son nom américain étant Haïti (Grande Terre) ou Quiqueya (Terre haute). Par la suite, on prit coutume de l’appeler Saint-Domingue, du nom de sa capitale (Santo Domingo) fondée en 1496 par Bartolomé Colomb. Elle s’étend sur 76 192 kilomètres carrés au sud du 20e parallèle et mesure environ 650 kilomètres d’est en ouest et 250 kilomètres du nord au sud dans sa plus grande largeur. Son relief, très accidenté, présente une alternance de chaînes plissées, de horsts et de fossés d’effondrement disposés en bandes parallèles du nord au sud (point culminant: Pico Duarte, 3 175 mètres dans la Cordillère centrale). Les plaines assez vastes se trouvent dans le Sud-Est et dans le Centre nord-ouest. De très grandes variations de l’exposition par rapport aux alizés provoquent une pluviométrie très contrastée d’une région à l’autre.

L’occupation espagnole au XVIe siècle resta limitée à la plaine du Sud-Est, autour de Santo Domingo, et à la vallée de Cibao, à cause du manque de métaux précieux. Aussi, à partir de 1625, les Français commencèrent-ils à s’installer à l’île de la Tortue, puis dans les petites plaines de la partie occidentale. En 1697, l’Espagne reconnut à la France la possession de cette région. En 1804, la colonie française devint indépendante sous le nom de république d’Haïti; après l’occupation haïtienne de 1822 à 1843, la partie espagnole proclama à son tour son indépendance en 1844 sous le nom de république Dominicaine. Actuellement, Hispaniola est partagée en deux États assez dissemblables: la république d’Haïti, 27 750 kilomètres carrés, 6 902 000 habitants (estimations de 1993), à 95 p. 100 noirs, de langues française et créole, surpeuplée avec 249,2 habitants au kilomètre carré; la république Dominicaine, 48 442 kilomètres carrés, 7 634 000 habitants (157 hab./km2, estimations de 1993), en majorité métis (70 p. 100), avec une forte minorité blanche (15 p. 100), de langue et de culture espagnoles; le pays dispose de nombreuses ressources inexploitées.

Hispaniola
V. Haïti.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Hispaniola — Hispaniola, La …   Enciclopedia Universal

  • Hispaniola — Carte topographique d Hispaniola Géographie Pays …   Wikipédia en Français

  • Hispaniola — Topographische Karte Gewässer Karibisches Meer Inselgruppe …   Deutsch Wikipedia

  • Hispaniōla [1] — Hispaniōla, Insel, so v.w. Domingo …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Hispaniōla [2] — Hispaniōla, eine südamerikanische Sorte Indigo …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Hispaniōla — (Española), Insel, s. Haïti, S. 636 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Hispaniola — Hispaniola, früherer Name von Haïti …   Kleines Konversations-Lexikon

  • Hispaniola — Hispaniola,   früher Haiti oder Sạnto Domịngo, die zweitgrößte der Westindischen Inseln, 76 192 km2, rd. 14 Mio. Einwohner, politisch aufgeteilt in die Dominikanische Republik und die Republik Haiti.   Die Insel bildet den Kern des im Tertiär… …   Universal-Lexikon

  • HISPANIOLA — quae et S. Dominici Ins. a primaria civ. Gallis, Anglis et Batavis, vulgo S. Domingue, vocatur, Ayti incolis, Ins. perampla maris Occid. totius occidui orbis antiquissima: quo nomine tota America Sept. in qua est, aliquando venit: Cancri Tropicum …   Hofmann J. Lexicon universale

  • Hispaniola — West Indian island, from Sp. la isla española the Spanish island (not little Spain ); name said to have been given by Columbus in 1492 …   Etymology dictionary